Les bénévoles vus par les organisateurs

Les bénévoles sont les piliers d’un événement sportif. Pour le constater, quatre organisateurs parlent de leur importance, des qualités requises et de ce que l’expérience de bénévole peut apporter.

Organiser un événement sportif est tout sauf une tâche facile, et cela nécessite un contingent humain important. Sauf que dans la plupart des cas, la société ou l’association organisatrice ne dispose pas de membres permanents pour accomplir toutes les tâches indispensables au bon déroulement de l’événement. C’est là que les bénévoles interviennent. Et ils interviennent partout. Montage, dossards, ravitaillement, sécurité, gestion des participants… Cette liste est non exhaustive !

Nous avons décidé de donner la parole à plusieurs organisateurs pour se rendre compte de l’importance des bénévoles : leurs témoignages sont un puits d’inspiration.Ils sont quatre à nous avoir livré leurs témoignages, sur des événements majeurs : l’UTMB, le marathon Nice-Cannes, l’Urban Trail de la Butte Montmartre et le NordicWalkin’Lyon

L’importance des bénévoles

Pour expliquer le rôle fondamental des bénévoles, les organisateurs ne mâchent pas leurs mots. Carla Ferreri, responsable du bénévolat chez Azur Sport Organisation qui organise le marathon Nice-Cannes (8 novembre 2020), détaille leur importance : « Les bénévoles sont le pilier central de nos événements, sans eux rien ne serait possible. À chaque étape d’avant course, pendant la course et après la course, le coureur interagit avec un bénévole. Cela commence dès son arrivée, pour retirer son dossard le coureur s’adresse à un bénévole. Puis le jour de la course, la consigne est tenue par des bénévoles, le sas de départ aussi et tout au long de la course ce sont eux qui gèrent le ravitaillement. Sans bénévoles tout cela n’existerait pas, donc sans bénévoles pas d’événement. ».

Marie-Caroline Tisserand-Marchadour, responsable communication de la Fondation du Souffle qui organise l’Ultra Trail de la Butte Montmartre est , elle aussi, très claire : « Sans bénévoles, nous ne pourrons tout simplement pas organiser la course car nous sommes une toute petite fondation de 4 membres permanents. » Paul Benyahoun, responsable des bénévoles sur l’UTMB explique que l’événement a organisé une course dédiée aux seuls bénévoles pour les remercier : « Pour remercier les bénévoles qui ont un rôle majeur sur l’UTMB, nous avons mis en place depuis 3 ans la MCC, qui relie Martigny-Combe en Suisse à Chamonix. »

L’aventure humaine

Tous les organisateurs sont unanimes : être bénévole est une aventure humaine exaltante. Carla Ferreri explique que vivre une expérience de bénévole donne envie de motiver ses proches à le devenir également : « Être bénévole apporte beaucoup humainement, cela permet d’échanger avec d’autres personnes dont les centres d’intérêt peuvent être très différents des nôtres. Les coureurs sont toujours reconnaissants envers les bénévoles car ils ont conscience de leur importance lors d’un événement, et souvent ils deviennent eux-mêmes bénévoles et encouragent leur famille à le devenir également. »

Camille Genieux, directrice des opérations du NordicWalkin’Lyon met en valeur le sentiment d’accomplissement : « L’expérience bénévole donne un vrai sentiment d’accomplissement, permet de vivre une expérience unique en donnant lieu à de superbes rencontres et de beaux échanges avec les participants, les autres bénévoles, les équipes d’organisation, le tout dans un cadre festif et sportif, portant des valeurs fortes. »

Pour Marie-Caroline Tisserand-Marchadour l’aspect caritatif de la course accentue la valeur de l’expérience : « En plus de l’aventure humaine, les bénévoles de l’UTBM participent à une bonne cause : financer la recherche contre les maladies respiratoires. »

Les qualités requises

Tout le monde peut devenir bénévole, mais ce rôle nécessite quelques qualités. Selon Paul Benyahoun de l’UTMB, il faut être « emphatique, positif et souriant et savoir faire preuve de flexibilité. » Camille Genieux du NordicWalkin’Lyon estime que les bénévoles doivent être dotés « d’implication, de motivation et de bonne humeur. » Carla Ferreri du Nice-Cannes pense qu’il faut être « souriant, dynamique et avoir le sens du relationnel ». Quant à Marie-Caroline Tisserand-Marchadour de l’UTBM, elle pense qu’il faut être « réactif, ponctuel, disponible et polyvalent. »

Par Gabriel Duclos