L’avis des organisateurs

Une à plusieurs fois par an, ils ont besoin de trouver des bénévoles pour soutenir leurs événements sportifs. La plateforme est destinée à les mettre en contact avec ceux qui veulent s’impliquer. Tour de table.

Nos trois intervenantes organisent ou participent à l’organisation d’un rendez-vous sportif. À ces occasions, elles se sont mises à la recherche de bénévoles sur la plateforme. Après une présentation de leurs événements, elles racontent.

L'événement

Le Meeting Open Méditerranée

L’ancienne nageuse Anne Vial a fondé ce rendez-vous il y a 8 ans et l’organise chaque année dans le théâtre prestigieux du Cercle des Nageurs de Marseille. « C’est d’abord un rendez-vous sportif, avec un plateau de très haut niveau, sur 3 jours. 34 courses en tout, 17 masculines, 17 féminines, selon le programme olympique. Près de 450 participants, dont 250 étrangers, et régulièrement une dizaine de médaillés olympiques. Ils viennent parce qu’on les chouchoute et parce que le cadre est super. La date tombe juste avant les championnats nationaux qualificatifs pour les championnats du monde. Mais c’est aussi un événement qui se veut très ouvert vers le grand public et qui attire des spectateurs bien au-delà du microcosme de la natation. Malgré les entrées payantes, les tribunes ne désemplissent pas pendant 3 jours. L’ambiance est familiale et la proximité avec les nageurs est centrale. »

Le Tournoi international de gymnastique de Combs-la-ville

Valérie Cimoradsky organise ce tournoi annuel qui se tient à une quarantaine de kilomètres au Sud de Paris. En novembre s’est déroulée la 23ème édition. « C’est un des cinq plus gros tournois de France. Nous recevons une centaine de gymnastes du monde entier sur deux jours, y compris les meilleures équipes mondiales. C’est un événement très apprécié pour sa convivialité. Un grand tournoi dans une salle modeste, à l’échelle humaine. »

L’ENDOrun

Céline Cozelin est responsable des bénévoles sur cette course dont la première édition avait lieu en novembre dernier à Vincennes. La course est organisée par l’association ENDOmind, qui œuvre pour la lutte et la recherche contre l’endométriose, cette maladie féminine chronique. « Le but de cette course est de collecter des fonds pour financer un projet de recherche autour de l’endométriose en partenariat avec l’APHP (Assistance Publique – Hopitaux de Paris). La première course s’est déroulée dans le bois de Vincennes, autour du lac Daumesnil, sur deux boucles qui correspondaient à un parcours total de 10 kilomètres. Cette première course a réuni 1400 coureurs, certaines personnes atteintes d’endométriose, des proches et des gens sensibles à cette cause. Nous avons réussi à collecter 5 000 euros. »

Les bénévoles

Si les trois organisatrices s’accordent sur le caractère indispensable de l’aide de bénévoles, sans qui ces événements ne seraient pas possibles, leur taille et leur nature très différentes correspondent à des besoins en bénévoles variables. « Le club de Combs-la-ville est particulièrement petit proportionnellement à l'événement, et malgré le soutien de la mairie, nous travaillons avec 40 à 50 bénévoles chaque année », pose Valérie Cimoradsky. Du côté de Marseille, une centaine de bénévoles interviennent sur les 3 jours. L’ENDOrun réclame 160 bénévoles en tout. Le champ d’action de ces derniers est en revanche peu ou prou semblable à chaque rendez-vous : montage et démontage, accueil du public, logistique, balisage, transports athlètes, buvette, sécurité, consigne. Le bouche-à-oreille est un moyen efficace de fédérer et d’attirer des bénévoles, mais il reste toujours un delta parfois difficile à combler. « L’an dernier j’ai été obligée de compenser en faisant appel à des intérimaires », raconte Anne Vial. Les trois organisatrices ont donc enregistré leur événement sur la plateforme Sport Bénévoles pour la première fois ces derniers mois. « J’avais fait une demande pour 10 bénévoles sans savoir à quoi m’attendre, mais j’ai eu 9 réponses en quelques jours, et une seule défection, ce qui est peu pour des personnes qu’on ne connaissait pas avant l’événement », raconte Valérie Cimoradsky. « Ça s’est très bien passé, juste l’année prochaine je nommerai un responsable des bénévoles pour que la répartition des tâches soit plus fluide » ajoute-t-elle. Anne Vial trouve la plateforme particulièrement intéressante en ce qu’elle permet de toucher une population autre que celle de la natation. « Nous connaissons une crise du bénévolat dans notre sport donc cette mise en relation est bienvenue », explique-t-elle. Si elle attaque la dernière ligne droite de l’organisation de l’événement qui se tiendra fin mars, elle a déjà des idées à soumettre pour rendre le site Sport Bénévoles encore plus utile : « ce serait intéressant de pouvoir tenir au courant les bénévoles intéressés de l’avancement de l’organisation avec des photos ou un compte à rebours par exemple ». Une vingtaine de bénévoles se sont déjà inscrits sur les 31 nécessaires pour l’épauler en mars prochain. Malgré l’enregistrement tardif sur la plateforme de l’ENDOrun, Céline Cozelin a été agréablement surprise du taux de réponse : « Nous avons mobilisé une vingtaine de bénévoles par ce biais. Tous sont venus et ça s’est très bien passé, l’ambiance était top et les coureurs ravis. » Elle conclut dans un sourire : « l’an prochain on s’y prendra juste un peu plus tôt ! ».